Co-operative enterprises
build a better world

Histoire du mouvement coopératif


En 1844, les pionniers de Rochdale ont fondé le mouvement coopératif moderne dans le Lancashire, en Angleterre, dans le but de fournir une alternative abordable aux denrées alimentaires et aux vivres de mauvaise qualité et frelatés, en redistribuant les excédents à la communauté. Depuis lors, le mouvement coopératif a connu un bel essor ; il s’étend désormais à travers le monde et englobe l’ensemble des secteurs économiques.. 

La naissance du mouvement coopératif moderne

Les premières traces d’une coopérative nous viennent de Fenwick, en Écosse. Le 14 mars 1761, c’est là que dans un cottage à peine meublé des tisserands locaux ont transporté un sac d’avoine dans la pièce chaulée à l’avant du cottage de John Walker, et ont commencé à y vendre son contenu à moindre coût, créant ainsi la Fenwick Weavers' Society (Société des tisserands de Fenwick).

Pléthore de documents indiquent que les coopératives sont nées sous la forme de petites organisations civiles en Europe occidentale, en Amérique du Nord et au Japon au milieu du 19e siècle. Cependant, les pionniers de Rochdale sont généralement perçus comme étant le prototype de la société coopérative moderne et les fondateurs du mouvement coopératif, en 1844.

Les pionniers de Rochdale sont considérés comme le prototype de la société coopérative moderne et comme les fondateurs du mouvement coopératif.

Les pionniers de Rochdale

En 1844, un groupe de 28 artisans qui travaillaient dans les filatures de coton dans la ville de Rochdale, dans le nord de l’Angleterre, ont créé la première entreprise coopérative moderne : la Rochdale Equitable Pioneers Society (la Société équitable des pionniers de Rochdale). Les conditions de travail des tisserands étaient exécrables et leurs salaires bas. Ils ne pouvaient dès lors se permettre d’acheter les denrées alimentaires et les articles domestiques, qui étaient onéreux. Ils ont compris qu’en rassemblant leurs maigres ressources et en travaillant ensemble, ils pourraient accéder à des produits de base à meilleur prix. Au départ, il n’y avait que quatre produits en vente : de la farine, de l’avoine, du sucre et du beurre.

Les pionniers ont décidé qu’il était temps que les clients soient traités avec honnêteté, ouverture et respect, qu’ils puissent partager les bénéfices auxquels ils avaient participé, et qu’ils devraient jouir du droit démocratique de donner leur avis concernant l’entreprise. Chaque client du magasin est alors devenu un membre de la coopérative et a donc un véritable intérêt dans l’entreprise. Les premiers temps, la coopérative était ouverte seulement deux soirs par semaine, mais en à peine trois mois, l’entreprise avait pris tellement d’ampleur qu’elle ouvrait cinq jours par semaine.

Un autre modèle coopératif, élaboré de manière indépendante, est créé en Allemagne par Friedrich Wilhelm Raiffeisen et Franz Hermann Schultz-Delitsch. Initialement, Raiffeisen et Schultz-Delitsch ont formé des coopératives de crédit en 1862. Depuis lors, le modèle a grandi et intégré d’autres secteurs. Il est également à la source de la croissance des coopératives financières dans le monde.

Le mouvement coopératif aujourd’hui

Les principes qui, à l’époque, sous-tendaient la manière dont les coopératives mènent leurs activités sont toujours considérées comme les fondations qui guident les actions des coopératives. Ces principes ont été revus et actualisés, mais ils demeurent essentiellement identiques à ceux qui étaient appliqués par les pionniers en 1844.

Aujourd’hui, le secteur compterait environ un milliard de membres. Les coopératives emploient, directement ou indirectement, 250 millions de personnes à travers le monde. Les 300 principales coopératives du monde enregistrent un chiffre d’affaires mondial cumulé de 2 533,1 milliards USD, comme l’indique l’Observatoire mondial des coopératives 2016. 

L’Alliance Coopérative Internationale

L’Alliance Coopérative Internationale a été fondée à Londres, en Angleterre, le 19 août 1895 lors du 1er Congrès coopératif. Des délégués représentant des coopératives provenant d’Allemagne, d’Angleterre, d’Argentine, d’Australie, de Belgique, du Danemark, des É.-U., de France, d’Inde, d’Italie, des Pays-Bas, de Serbie, et de Suisse y participaient. Les représentants ont fixé les objectifs de l’Alliance. Ceux-ci visaient à informer, à définir et défendre les principes coopératifs, et à développer le commerce international. L’Alliance est la seule et unique organisation internationale à avoir survécu aux Première et Seconde Guerres mondiales. Dépasser les divergences politiques entre les membres n’a pas été chose aisée, mais l’Alliance a survécu en maintenant son engagement en faveur de la paix, de la démocratie, et en restant politiquement neutre.