Une nouvelle proposition de réforme menace les coopératives agricoles au Japon

01 Jul 2014

Une nouvelle proposition de réforme acceptée par un comité consultatif du Premier ministre japonais menace l'existence des coopératives agricoles. Condamnée par l'Alliance coopérative internationale, cette nouvelle réforme propose la dissolution des coopératives agricoles polyvalentes, de même que la réduction du rôle du Syndicat central des coopératives agricoles (JA-Zenchu) en le transformant en un groupe de réflexion pour la promotion de l'agriculture.

La proposition de réforme diluerait également la propriété des membres puisqu'elle insiste pour que plus de la moitié des membres des conseils des coopératives agricoles soient des producteurs agricoles certifiés ou des chefs d'entreprise de sociétés privées (qui n'ont pas besoin, ni les uns ni les autres, d'être membres). Actuellement, conformément aux principes mondiaux associés aux coopératives, la loi stipule que deux tiers des membres du conseil doivent être des fermiers membres. La proposition de réforme appelle également à modifier la structure de propriété des terres agricoles.

Soulignant l'importance des coopératives agricoles pour l'économie du pays, Mitsuo Murakami, vice-président du Syndicat central des coopératives agricoles (JA-ZENCHU) a déclaré que ces propositions de réforme menaçaient l'existence des coopératives agricoles au Japon.

« Cette année a été désignée comme étant l'Année internationale de l'agriculture familiale, mais ce qui se passe au Japon va à l'encontre de la promotion mondiale de l'agriculture familiale », a-t-il affirmé.

M. Murakami, qui s'occupe d'agriculture depuis sa jeunesse, estime que les coopératives agricoles sont devenues un instrument indispensable pour soutenir non seulement les fermiers, mais aussi leurs communautés.

Les coopératives agricoles représentent une longue tradition au Japon, les premières ayant été fondées il y a plus de 100 ans. En outre, à l'heure actuelle, la moitié (4 billions de yens) de la production agricole totale du Japon est vendue par l'intermédiaire de coopératives agricoles du JA Group, à savoir le Groupe coopératif agricole japonais.  Les indemnisations payées au titre des assurances des biens du JA Group suite au Grand séisme et tsunami sur les côtes orientales du Japon ont atteint prés de 40 % de toutes les indemnisations similaires.

« Cette proposition de réforme préconise que les sociétés anonymes soient en mesure de posséder des terres agricoles et que de plus en plus de sociétés fassent partie des organes de gestion des sociétés agricoles », a expliqué M. Murakami.

Le 2 juin, tous les présidents des coopératives japonaises se sont réunis en urgence pour discuter de cette proposition de réforme.

« Nous avons convenu que toute réforme d'une organisation devrait être le résultat d'une initiative interne en particulier dans une organisation privée. » Ils ont également renforcé leur engagement à satisfaire les besoins de leurs membres. Ceci implique la prestation de divers services dont les membres ont besoin, y compris des crédits, des assurances, des conseils, du marketing et de l'approvisionnement.

« Nous avons décidé à l'unanimité de poursuivre notre combat contre ces nouvelles manœuvres afin de sauver notre organisation. »

En juin M. Murakami était à Bruxelles pour partager ces préoccupations avec le conseil de l'Alliance coopérative internationale. Il a également rencontré les représentants du COGECA, l'organisation européenne des coopératives agricoles.

Le Comité de l'Alliance coopérative internationale a annoncé qu'il établissait un Groupe de contact et d'étude pour examiner le démantèlement proposé du secteur économique de la coopération agricole au Japon.

Le groupe de contact et d'étude que l'Alliance envoie au Japon examinera les détails des propositions et évaluera leur impact sur le mouvement coopératif japonais, en particulier sur les droits de propriété et de participation de ses membres.

Le groupe de contact et d'étude comprendra Dame Pauline Green, présidente de l'Alliance et ancienne présidente des Coopératives du Royaume-Uni, Jean-Louis Bancel, Président du Crédit Coopératif (France) et Martin Lowery, représentant international des coopératives électriques rurales nationales des États-Unis.

Dame Pauline Green, présidente de l'Alliance coopérative internationale, a déclaré : « Cette proposition bafoue toutes les valeurs et tous les principes des coopératives. Et l'ensemble du mouvement coopératif mondial, propriété d'un milliard de citoyens du monde entier, se tiendra aux côtés de ses collègues coopérateurs japonais pour s'opposer au démantèlement du mouvement coopératif agricole japonais et à la réduction consécutive des droits de ses membres. »

Le Conseil pour la réforme de la réglementation a soumis un rapport final sur la réforme globale de la réglementation le 13 juin. Bien que la référence à « l'abolition du JA-Zenchu » mentionnée dans le rapport initial ait disparu dans le rapport final, le rapport recommande que l'organisation soit transformée en un nouveau système. 

LATEST COOPERATIVE NEWS

The International Cooperative Alliance (ICA) knows that…