L'ONU discute des stratégies d'éradication de la pauvreté : quel est le rôle des coopératives dans le développement social?

23 Feb 2018

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px 'Trebuchet MS'; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000} p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 12.0px 'Trebuchet MS'; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000; min-height: 14.0px} p.p3 {margin: 0.0px 0.0px 5.0px 0.0px; font: 12.0px 'Trebuchet MS'; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000} span.s1 {font-kerning: none} span.s2 {text-decoration: underline ; font-kerning: none; color: #0563c1; -webkit-text-stroke: 0px #0563c1} span.s3 {font: 12.0px 'Times New Roman'; font-kerning: none} span.s4 {font-kerning: none; color: #141414; -webkit-text-stroke: 0px #141414} span.s5 {font-kerning: none; background-color: #ffff00}

La cinquante-sixième session de la Commission du développement social (CSocD56) s'est déroulée au siège des Nations Unies à New York du 29 janvier au 7 février 2018. La Commission est l'organe consultatif chargé du volet développement social au niveau mondial. Le thème prioritaire pour cette année « Stratégies d'éradication de la pauvreté pour parvenir à un développement durable pour tous » est étroitement lié au rôle et aux activités des coopératives dans le monde entier.

Sur la base d'un rapport présenté par le Secrétaire général des Nations Unies, la Commission a examiné et analysé des stratégies qui se sont révélées efficaces pour éradiquer la pauvreté et, en particulier, l'extrême pauvreté. Le rapport indique que « le renforcement des coopératives et des organisations de producteurs est également une stratégie efficace pour autonomiser les populations rurales vivant dans la pauvreté et rendre l'économie rurale plus productive ». Mais en plus de ce rôle important d'autonomisation des personnes, les coopératives sont aussi des véhicules pour conduire d'autres stratégies de réduction de la pauvreté.

La Commission a discuté des nombreux facteurs qui conduisent à la pauvreté, tels que le chômage, les changements climatiques, la discrimination, les inégalités, parmi d’autres. Dans tous ces domaines, les coopératives ont un bilan d'action très fort en fournissant des emplois stables et décents, en protégeant l'environnement, en prenant soin des communautés où elles opèrent et en servant de centres de démocratie et d'égalité des chances sans discrimination.

Le chômage et l’informalité ont été identifiés comme des préoccupations croissantes. Sans emploi, ou sans conditions d'emploi décentes et stables, il est impossible pour les plus vulnérables de sortir de la pauvreté. En outre, l'absence d’une protection sociale suffisante dans de nombreux pays aggrave la situation. La création d'emplois et la transition des travailleurs de l'économie informelle vers l'économie formelle devraient donc être une priorité, en particulier dans les initiatives gouvernementales visant à mettre fin à la pauvreté. Les coopératives emploient déjà 10 % de la population active dans le monde, soit un total de 279 millions de personnes. Aider à la création et au développement de coopératives est l'une des façons dont les gouvernements peuvent stimuler l'emploi. D'un autre point de vue, le rôle des coopératives dans la transition des travailleurs de l'économie informelle à l'économie formelle a été bien documenté et reconnu par l'Organisation internationale du travail, ce qui explique pourquoi la création et le développement de coopératives peuvent avoir un impact direct sur la réduction du chômage et de l'informalité, réduisant ainsi la pauvreté.

La Commission a également examiné certains des défis du changement climatique et de son impact sur la pauvreté. Il est important de noter que bon nombre de ces impacts immédiats se feront sentir dans des régions déjà aux prises avec des taux de pauvreté plus élevés. Les phénomènes météorologiques extrêmes affecteront très probablement les communautés les plus pauvres. Par conséquent, des stratégies visant à atténuer les effets néfastes du changement climatique sont nécessaires et, dans ce cas également, les coopératives peuvent avoir un rôle à jouer.

En termes d'inclusion et de réduction des inégalités, la Commission s'est penchée sur le travail considérable qui reste à faire. Il a été rapporté que les inégalités financières et sociales augmentent. Les groupes les plus vulnérables, tels que les femmes, les jeunes, les minorités, les populations autochtones, entre autres, sont également les plus touchés par la montée des inégalités. Il est important que les coopératives, lorsqu'elles travaillent dans leurs communautés locales, soient les agents de la discrimination positive en établissant des politiques et des activités qui luttent activement contre l'inégalité.

Il est évident que le défi de l'éradication complète de la pauvreté est toujours au premier plan. Tandis que les gouvernements portent la responsabilité principale de cet effort, les coopératives peuvent y contribuer en mettant en œuvre des stratégies efficaces, en partageant les connaissances et en établissant des partenariats avec d'autres agents du changement

Lutter contre la pauvreté a été identifié par l'Alliance coopérative internationale comme l'un des domaines de travail où les coopératives peuvent faire une grande différence dans la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD). Sur la plateforme en ligne « Coops pour 2030 » (www.coopsfor2030.coop), on trouve de nombreux exemples de la manière dont les coopératives s'engagent à atteindre ces objectifs et qui pourraient être une source d'inspiration pour d'autres.

Pour présenter certains de ces exemples et appeler les pays à continuer à soutenir les coopératives en tant qu'instruments de lutte contre la pauvreté, le Comité pour la Promotion et l’Avancement des Coopératives (COPAC) a organisé un événement pendant une des journées de la Commission consacrées au Développement social. Vous pouvez en lire plus sur cet événement ici.

Le CSocD56 a conclu avec l'adoption de mesures par les responsables gouvernementaux et les dirigeants de la société civile, en ce compris la création de systèmes de protection sociale qui aideraient à arracher de la pauvreté les millions de personnes qui y vivent encore, en particulier les personnes vulnérables. La Commission a adopté plusieurs résolutions sur des sujets tels que le vieillissement, les stratégies d'éradication de la pauvreté et le développement de l'Afrique.

Il a également été décidé que le thème prioritaire de 2019 serait « Aborder les inégalités et les défis de l'inclusion sociale à travers des politiques fiscales, salariales et de protection sociale ».